À toute petite échelle, les scientifiques ont observé un phénomène, nommé "effet tunnel ", qui permet à une particule de franchir une barrière de potentiel soit un mur par exemple.
L’art permet aussi, de façon métaphorique ou en agissant sur la perception, de traverser les murs et d’accéder à un univers flexible, à la profondeur physique de l’espace dans lequel nous nous déplaçons. Les artistes choisis pour cette exposition s’intéressent à la relation entre le corps et l’architecture perçue comme un lieu de vie ouvert ou fermé, selon ce que l’on voit, les murs ou la porte. En effet, l’espace est à la fois physique et social et les artistes jouent avec les limites pour les repousser, les franchir ou se projeter au-delà. S’ils donnent une autre dimension à la profondeur du monde, ils donnent à réfléchir sur ce qui se passe à l’autre bout du tunnel.